Centre oecuménique Saint-Marc Grenoble
http://centresaintmarc-grenoble.fr/Sortie-au-1er-Forum-Chretien-Francophone-a-Lyon
      Sortie au 1er Forum Chrétien Francophone du mardi 30 octobre 2018 à (...)

Sortie au 1er Forum Chrétien Francophone du mardi 30 octobre 2018 à Lyon


  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 29 novembre 2018
  • réagir
  • 0 vote

Une journée œcuménique particulière.

Le premier Forum chrétien francophone se tenait à Lyon du 28 au 31 octobre 2018. Était-ce là pré constitution d’un bloc religieux qui tôt ou tard s’opposerait à un autre bloc religieux ? Était-ce au contraire un élargissement de l’œcuménisme, une avancée majeure vers une véritable unité des chrétiens ? Sans aucun doute, quelque chose de majeur se passait. Il fallait y aller.

Un transport depuis le centre œcuménique Saint-Marc de Grenoble fut organisé pour participer à la soirée ouverte au public qui se tenait sur le site Saint Paul de l’université catholique. Joël Geiser nous avait prévu deux conférences, l’une avec Gérald Machabert, pasteur et journaliste, spécialiste à ce titre du suivi du forum chrétien mondial, et Daniel Thévenet, président de l’Union des Églises évangéliques de Réveil, initiateur de cette rencontre.

Malgré notre petit nombre, les entretiens étaient maintenus. Quatre personnes étaient déjà sur place ou venues de leur côté. Nous étions quatre à covoiturer depuis Grenoble : deux catholiques, une baptiste, une réformée. Dans la voiture, après nous être présentées, avoir dit nos parcours, nos missions actuelles dans "nos" Eglises -mais j’ai envie d’écrire l’Église, tant elles se sont avérées communes- nous nous sommes avouées notre certitude instinctive d’aller vers quelque chose d’important. Odile exprima au mieux la chose : c’est la période où je vois mes enfants. C’est sacré. Mais il n’y a rien eu à faire, il fallait y aller. Je les ai laissés. Poussée par l’Esprit ?

L’Esprit, bizarrement, j’y ai pensé au moment de l’entrée dans l’architecture même de l’université catholique. C’est une maison de verre qui enserre une prison aux épais murs de pierre. En date du XVIème siècle, tourelle de garde, murs percés de si étroites fenêtres éclairées d’une triste histoire, lueur laissant deviner un escalier en colimaçon-vers quelle geôle sinistre, vers quelle chambre de la question ? Le récit de la sortie de Pierre de sa prison avant la Pâque tel qu’écrit dans Les Actes, ne me quitta plus. Franchirions nous nous aussi des portes qui s’ouvriraient toutes seules ? En quelques sortes, oui.

Réunis dans une salle attenante, vitrée elle aussi, nous avons entendu Gérald Machabert. Clairement, dit-il en substance, la langue française dans le monde est en perte de vitesse, voire disparaît au profit de la langue anglaise. Non moins clairement, pour ce qui est du continent africain notamment, les Eglises évangéliques l’emportent. L’œcuménisme tel qu’il est à ce jour changera de visage, et très probablement, au tréfonds de cette évolution réapparaîtra la question théologique qui divise : quel véritable message délivré au dernier repas ? L’une de nous eut l’inadvertance de mettre un petit doigt de pied dans le plat. La réaction fut vive, alors que nous étions pour ainsi dire entre nous. Il ne fallait pas rêver : cette réunion exceptionnelle de 20 églises différentes n’était qu’un tout petit pas vers l’unité concrète des chrétiens pour laquelle nous prions chaque année.

Pourtant, quelqu’un vint nous dire qu’il "vivait un rêve éveillé". Daniel Thévenet, initiateur et acteur de cette rencontre. Sur laquelle il avait travaillé deux ans, pour accueillir 217 inscrits venus de 20 mouvances différentes qui pendant trois jours ont fait connaissance et se sont découvertes sans nul doute en profondeur : pas de théologie au programme, mais la prière et le dialogue.

Pour nous, et les chrétiens de Lyon également invités à la soirée, restait à prendre place au côté des 217 délégués pour cette soirée feu d’artifice : une assemblée de prières et de chants conduite à plusieurs voix, en présence des plus hautes instances locales et nationales, catholiques, orthodoxes, protestantes, évangéliques… Une assemblée qui fut portée vers le Royaume par trois voix admirables de jeunes choristes arméniennes, et qui entra peut-être dans le Royaume au moment de l’accolade de paix. A tout dire je n’en suis pas encore revenue, et je n’ai toujours rien compris. J’ai reçu de mes voisins d’abord puis de tous ceux des rangs proches une pluie d’accolades, de sourires, de serrements de mains. Assise de stupéfaction sur ma petite chaise en plastique blanc je répondais en me sentant bête, que Dieu vous garde et vous bénisse. Et les sourires s’ouvraient jusqu’aux oreilles…

On sentait bien qu’il allait se passer quelque chose, et qu’il fallait y aller absolument, à ce premier Forum européen de langue française. Prions désormais pour que l’Esprit nous accorde le don des langues.

Ruth Rosendhal

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Retour sur évènements

décembre 2018 :

Rien pour ce mois

novembre 2018 | janvier 2019