Centre oecuménique Saint-Marc Grenoble
https://centresaintmarc-grenoble.fr/La-semaine-de-Priere-pour-l-Unite-des-chretiens-a-Grenoble-du-18-au-25-janvier?lang=fr
      La semaine de Prière pour l’Unité des chrétiens à Grenoble du 18 au 25 janvier (...)

La semaine de Prière pour l’Unité des chrétiens à Grenoble du 18 au 25 janvier 2020.


  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 14 mars 2020
  • réagir
  • 0 vote

Depuis 1908 aux USA et depuis 1933 en France – à la suite d’une initiative de l’abbé Paul Couturier –, la semaine du 18 au 25 janvier est consacrée, dans de nombreux pays et dans de nombreuses églises, à une prière pour l’unité des chrétiens « telle que le Christ la veut, par les moyens qu’Il voudra ».
A Grenoble, pendant cette semaine, les occasions de rencontre sont nombreuses (voir plus loin).
Le 23 janvier, à Saint-Marc, avait lieu la grande rencontre annuelle de prière, une tradition, certes, mais surtout une fidélité et une espérance partagées. Nous devions être entre trois et quatre cents personnes appartenant à une douzaine d’églises différentes. Le texte biblique avait été choisi par les chrétiens de l’île de Malte : rien d’étonnant à ce qu’ils aient choisi le récit du naufrage de Paul (Actes 27 : 18 à 28 : 10) et mis en exergue ce verset : « Ils nous ont témoigné une humanité peu ordinaire » (Actes 28,2). Faut-il le rappeler, pour ces chrétiens, l’accueil des migrants naufragés est, en effet, un engagement de tous les jours ? La rencontre, animée par le pasteur baptiste Paul Efona, alternait chants d’assemblée et prises de parole. Elle commençait par le récit, conté par Annie Schaerer, du naufrage de Paul et de ses compagnons, marins et soldats romains. Après une invocation au Saint Esprit par la voix du père Armand, curé de Saint-Marc, le texte des Actes était lu à quatre voix. Suivait la lecture du passage de Matthieu 25 : 35-40, psalmodié en grec, par le Père Georges Vasilakis. La prédication était donnée par Hervé Gantz ; elle portait sur le récit du naufrage et l’accueil des naufragés à Malte. Avions-nous jamais pensé que le repas de ces naufragés, pris sur le bateau secoué par la tempête, était une Sainte-Cène ? Ensuite, nous avons pu confesser notre foi commune à haute voix en lisant le Symbole des apôtres dans sa version oecuménique. La prière proprement dite a été exprimée par des voix appartenant à toutes les Églises représentées ; il y eut un temps de repentance et de demande de pardon puis un temps d’intercession. Tout ceci entrecoupé de chants accompagnés d’un orchestre venu en majorité de l’Église anglicane.
Pendant la collecte – inévitable ! – nous avons tous reçu un petit bateau en origami sur lequel nous avons été invités à écrire l’un mot des mots entendus dans la prière avant de le remettre à quelqu’un que nous ne connaissions pas. La bénédiction finale a été donnée par Mgr. Guy de Kerimel, entouré par les prêtres et les pasteurs présents et par le groupe organisateur. Pour finir, nous étions tous invités au partage d’une brioche et d’un vin chaud !

René Schaerer

Si la soirée à St-Marc a pour vocation de rassembler les Chrétiens de toute l’agglomération, d’autres petites assemblées permettent de vivre des temps fraternels, chaque année, autour des mêmes textes.
C’est ainsi que dans le centre ville, le 16 janvier, les membres du groupe mensuel de l’Eglise protestante unie de Grenoble ont retrouvé les catholiques à l’Église ND réconciliatrice. Un temps d’animation biblique a été suivi d’un commentaire approfondi mené par Emma Mouis à partir d’études de plusieurs théologiens, notamment Daniel Marguerat.
A Corenc Village, la communauté catholique a invité Annie Schaerer, membre de l’Eglise protestante unie de Grenoble à conter un conte biblique à la fin de la messe et à poursuivre la rencontre par un repas en commun.
A Allevard, le 22 janvier, les catholiques recevaient une poignée de protestants pour une veillée plus liturgique et priante. Tandis, que deux jours après, sur le plateau du Vercors, l’Église évangélique des Geymonds ouvrait ses portes pour rassembler catholiques et protestants divers avec une riche prédication de l’évangélique Christelle Entzmann.
Chacune de ces assemblées a été l’occasion de renforcer nos liens, mais aussi de manifester une hospitalité et un accueil. Si, à la différence des habitants de Malte, notre accueil est celui de chrétiens envers d’autres chrétiens, la réflexion sur ce texte des Actes, au chapitre 28, nous a rappelé que l’Esprit-Saint souffle allègrement par-delà les frontières du christianisme et nous emmène sur des chemins pas toujours très confortables. Selon Luc, des païens ont fait preuve d’un accueil peu ordinaire. A leur exemple, ne sommes-nous pas invités à ouvrir nos pays, nos maisons et nos cœurs, à ceux qui cherchent un endroit pour vivre en sécurité ?

Marie-Pierre Van den Bossche
Pasteur

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Retour sur évènements

septembre 2020 :

Rien pour ce mois

août 2020 | octobre 2020